AdR Antiquitez de Rome Header.jpg

Featuring

Joachim du Bellay

Les Antiquitez de Rome

Les Antiquitez de Rome is a collection of sonnets written by Joachim Du Bellay while he lived in Rome serving his uncle, the Cardinal Jean du Bellay. It was published in 1558.  Du Bellay initially hoped to make a brilliant political and court career in Rome, but he became disillusioned and bitter about having to leave France and work for his uncle in Vatican City.  It pulled him away from opportunities he may have had to make a brilliant career in Paris, especially when he compared his own career with the rise to prominence of his friends who remained in France, including Pierre de Ronsard. While in Rome, Du Bellay hated Roman court politics and life in Rome in general. He wrote a series of poems, satirical commentaries criticizing anything and everything about Rome and the Roman Catholic Church.  Thus, Les Antiquitez de Rome was born. Later, a part of Les Antiquitez was translated into Dutch and English, and became quite popular with Protestants.

 

Architectural references in Les Antiquitez de Rome fall into three categories: ancient civilizations in general, Rome and her ruins in particular, and contemporary architecture of Rome.

Antiquity in General

In these poems, du Bellay cites or describes prominent ancient civilizations (Babylon, Crete, Egypt), famous architectural monuments, their materials, and their current state.  He does this to draw attention to the grandeur they once possessed, in juxtaposition to the ruins they were in his time or to the lack of evidence of their existence.  Du Bellay mourns the Ancient cultures that the Renaissance idolized and uses them as a warning about the inevitable fall of all great empires. In so doing, he makes a different use of the contemporary obsession with Antiquity, compared to a typical traveller to Italy at the time, who expected to be awed and inspired.  He also emphasizes that this fate awaits all great civilizations: they are, in the end, nothing but ruins and dust. A core group of poems on that theme was translated by du Bellay from the famous neo-Latin poetic collection by Janus Vitalis, which like du Bellay’s Antiquitez combines the vanitas theme (ancient civilization, now in ruins) with the critique of Roman politics.

AdR Antiquity in General.jpg

II.

Le Babylonien ses haults murs vantera 

Et ses vergers en l’air, de son Ephesienne 

La Grèce descrira la fabrique ancienne,

Et le peuple du Nil ses pointes chantera.  

La mesme Grece encor vanteuse publira 

De son grand Juppiter l’image Olympienne 

Le Mausole sera la gloire Carienne, 

Et son vieux Labyrinth’ la Crete n’oublira. 

L’antique Rhodien elevera la gloire 

De son fameux Colosse, au temple de Mémoire, 

Et si quelque œuvre encor digne se peult vanter

De marcher en ce ranc, quelque plus grand’façonde

Le dira. Quant à moy, pour tous je veulx chanter 

Les sept costaux romains, sept miracles du monde.

Le Babylonien ses haults murs vanter et ses
Le Babylonien ses haults murs vanter et ses

Et le peuple du Nil ses pointes chantera
Et le peuple du Nil ses pointes chantera

L antique Rhodien elevera la gloire de son fameux Colosse, au temple de Memoire
L antique Rhodien elevera la gloire de son fameux Colosse, au temple de Memoire

Le Babylonien ses haults murs vanter et ses
Le Babylonien ses haults murs vanter et ses

1/6

VII.

Sacrez costaux, & vous sainctes ruines, 

Qui le seul nom de Rome retenez, 

Vieux monuments, qui encor soutenez 

L’honneur poudreux de tant d’ames divines, 

Arcz triomphaux, pointes du ciel voisines, 

Qui de vous voir le ciel mesme estonnez, 

Las, peu à peu cendre vous devenez, 

Fable du peuple & publiques rapines !

Et bien qu’au temps pour un temps facent guerre 

Les bastimens, si est-ce que le temps 

Œuvres & noms finalement atterre. 

Tristes désirs, vivez donques contents,

Car si le temps finist chose si dure,

Il finira la peine que j’endure. 

EXPLANATION
Sacrez costaux, et vous sainctes ruines
Sacrez costaux, et vous sainctes ruines

Vieux monuments, qui encor soutenez
Vieux monuments, qui encor soutenez

Les bastiment si est ce que le temps
Les bastiment si est ce que le temps

Sacrez costaux, et vous sainctes ruines
Sacrez costaux, et vous sainctes ruines

1/4
AdR Antiquity in General.jpg

XVIII.

Ces grands monceaux pierreux, ces vieux murs que tu vois,

Furent premièrement le cloz d’un lieu champestre, 

Et ces braves palais, droit le temps s’est fait maistre, 

Cassines de pasteurs ont esté quelquefois. 

Lors prindrent les bergers les ornemens des roys, 

Et le dur laboureur de fer arma sa dextre, 

Puis l’annuel pouvoir le plus grand se vid estre, 

Et fut encor plus grand la pouvoir de six mois,

Qui, fait perpétuel, creut en telle puissance,

Que l’aigle Imperial de luy print sa naissance,   

Mais le Ciel s’opposant à tel accroissement, 

Mist ce pouvoir es mains du successeur de Pierre, 

Qui sous nom de pasteur, fatal à ceste terre, 

Monstre que tout retourne à son commencement. 

Ces grands monceaux pierreux, ces viex murs que tu vois
Ces grands monceaux pierreux, ces viex murs que tu vois

Et ces braves palais, droit le temps s est fait maistre
Et ces braves palais, droit le temps s est fait maistre

Monstre que tout retourne a son commencement
Monstre que tout retourne a son commencement

Ces grands monceaux pierreux, ces viex murs que tu vois
Ces grands monceaux pierreux, ces viex murs que tu vois

1/4

XXV.

Que n’ay-je encor la harpe thracienne, 

Pour réveiller de l’enfer paresseux 

Ces vieux Césars, & les umbres de ceux 

Qui ont basty ceste ville ancienne ? 

Ou que je n’ay celle amphionienne,

Pour animer d’un accord plus heureux 

De ces vieux murs les ossemens pierreux, 

Et restaurer la gloire ausonienne ? 

Peussc-je aumoins d un pinceau plus agile, 

Sur le patron de quelque grand Virgile.

De ces palais les portraits façonner, 

J‘entreprendrais, veu l’ardeur qui m’allume, 

De rebastir au compas de la plume

Ce que les mains ne peuvent maçonner.

Qui ont basty ceste ville ancienne
Qui ont basty ceste ville ancienne

De ces vieux murs les ossemens pierreux,
De ces vieux murs les ossemens pierreux,

Et restraurer la gloire ausonienne Des ces palais le portraits faconner
Et restraurer la gloire ausonienne Des ces palais le portraits faconner

Qui ont basty ceste ville ancienne
Qui ont basty ceste ville ancienne

1/3
AdR Antiquity in General.jpg

XXIX.

Tout ce qu’Egypte en poincte façonna, 

Tout ce que Grace a la corinthienne, 

A l’ionique, attique ou dorienne, 

Pour l’ornement des temples maçonna, 

Tout ce que l’art de Lysippe donna, 

La main d’Apelle ou la main Phidienne, 

Souloit orner ceste ville ancienne, 

Dont la grandeur le ciel mesme estonna. 

Tout ce qu’Athene eut onques de sagesse, 

Tout ce qu’Asie eut onques de richesse, 

Tout ce qu’Afrique eut onques de nouveau 

S’est veu icy. O merveille profonde ! 

Rome vivant fut l’ornement du monde, 

Et morte elle est du inonde le tumbeau. 

Tout ce qu Egypte en poincte fa‡onna
Tout ce qu Egypte en poincte fa‡onna

Tout ce que Grace a la corinthienne,
Tout ce que Grace a la corinthienne,

Rome vivant fut l ornement du monde, et morte elle est du inonde le tombeau
Rome vivant fut l ornement du monde, et morte elle est du inonde le tombeau

Tout ce qu Egypte en poincte fa‡onna
Tout ce qu Egypte en poincte fa‡onna

1/6

Song II.

Sur la croppe d’un mont, je vis une fabrique

De cent brasses de hault. Cent columncs d’un rond

Toutes de diamant, ornoient le brave front 

Et la façon de l’œuvre estoit à la dorique 

La muraille n’estoit de marbre ny de brique, 

Mais d’un luisant crystal, qui du sommet au fond 

Elançoit mille raiz de son ventre profond 

Sur cent degrez dorez du plus fin or d’Afrique.

D’or estoit le lambriz, & le sommet encor 

Reluisoit escaillé de grandes lames d’or,

Pavé fut de jaspe & d’esmeraulde fine.

0 vanité du monde ! un soudain tremblement 

Faisant crouler du mont la plus basse racine, 

Renversa ce beau lieu depuis le fondement.

de cents brasses de hault. Cent columns d un rond
de cents brasses de hault. Cent columns d un rond

Et la faconna...lames d'or
Et la faconna...lames d'or

Pav‚ fut de jaspe et d esmeraulde fine
Pav‚ fut de jaspe et d esmeraulde fine

de cents brasses de hault. Cent columns d un rond
de cents brasses de hault. Cent columns d un rond

1/3
AdR Antiquity in General.jpg

Song IV.

Je vy hault eslevé sur columnes d’ivoire. 

Dont les bases estoient du plus riche metal, 

Chapiteaux d’albastre & frizes de crystal,

Le double front d’un arc dressé pour la mémoire.  

A chaque face estoit protraicte une victoire, 

Portant ailes au doz, avec habit nymphal, 

Et hault assise y fut sur un char triomphal 

Des empereurs romains la plus antique gloire. 

L’ouvrage ne monstroit un artifice humain, 

Mais sembloit estre fait de celle propre main 

Qui forge en aguisant la paternelle foudre.

Las ! je ne veulx plus voir rien de beau sous les cieux,

Puis qu’un œuvre si beau j’ay veu devant mes yeux 

D’une soudaine cheute estre reduict en poudre. 

columnes d ivoire... L ouvrage ne monstroit un artifice humain
columnes d ivoire... L ouvrage ne monstroit un artifice humain

D une soudaine cheute estre reduict en poudre
D une soudaine cheute estre reduict en poudre

columnes d ivoire... L ouvrage ne monstroit un artifice humain
columnes d ivoire... L ouvrage ne monstroit un artifice humain

1/2

The Frivolity of Rome

Just as he explores the vanitas theme by describing the ruins of the great Roman civilization, Du Bellay maligns his contemporary Rome and her culture by describing her architecture. Ancient Rome serves as a reminder and a warning to contemporary Rome: its current splendor, too, is vain and shall fall into ruin.  For du Bellay, the buildings that were left in Rome did not signify glory, but rather corruption and the inevitable ravages of time.  Du Bellay wanted to use these references to emphasize how short-sighted it was to idolize a dead culture that fell due to its own arrogance.  It was also a political and moral statement: be weary of extreme excess.  

III.

Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome 

Et rien de Rome en Rome n’apperçois, 

Ces vieux palais, ces vieux arcz que tu vois, 

Et as vieux murs, c’est ce que Rome on nomme.

Voy quel orgueil, quelle ruine, & comme 

Celle qui mist le monde sous ses loix, 

Pour donter tout, se donta quelquefois,  

Et devint proye au temps, qui tout consomme.

Rome de Rome est le seul monument, 

Et Rome Rome a vaincu seulement. 

Le Tybre seul, qui vers la mer s’enfuit, 

Reste de Rome. O mondaine inconstance !

Ce qui est ferme est par le temps destruit, 

Et ce qui fuit, au temps fait resistance.

Ces vieux palais, ces viex arcs que tu vois Et as vieux murs, c est ce que Rome on nomme
Ces vieux palais, ces viex arcs que tu vois Et as vieux murs, c est ce que Rome on nomme

Voy quel rgueil, quelle ruine, et comme
Voy quel rgueil, quelle ruine, et comme

Ces vieux palais, ces viex arcs que tu vois Et as vieux murs, c est ce que Rome on nomme
Ces vieux palais, ces viex arcs que tu vois Et as vieux murs, c est ce que Rome on nomme

1/2
AdR Frivolity of Rome.jpg

V.

Qui voudra voir tout ce qu’ont peu nature,   

L’art & le ciel (Rome) te vienne voir, 

J’entens s’il peult ta grandeur concevoir 

Par ce qui n’est que ta morte peinture. 

Rome n’est plus, & si l’architecture 

Quelque umbre encor de Rome fait revoir, 

C’est comme un corps par magique scavoir  

Tiré de nuict hors de sa sepulture.

Le corps de Rome en cendre est devallé, 

Et son esprit rejoindre s’est allé 

Au grand esprit de ceste masse ronde. 

Mais ses escripts, qui son loz le plus beau

Malgré le temps arrachent du tumbeau,  

Font son idole errer parmy le monde. 

Par ce qui n est que ta morte peinture
Par ce qui n est que ta morte peinture

Rome n est plus et si l'architecture Quelque unbre encore de Rome fait revoir
Rome n est plus et si l'architecture Quelque unbre encore de Rome fait revoir

Tir‚ de nuict hors de sa sepulture
Tir‚ de nuict hors de sa sepulture

Par ce qui n est que ta morte peinture
Par ce qui n est que ta morte peinture

1/3

VI.

Telle que dans son char la Berecynthicnne 

Couronnée de tours, & joyeuse d’avoir 

Enfanté tant de dieux, telle se faisoit voit 

En ses jours plus heureux ceste ville ancienne,

Ceste ville, qui fut plus que la Phrygienne 

Foisonnante en enfans, & de qui le pouvoir 

Fut le pouvoir du monde, & ne se peult revoir 

Pareille à sa grandeur, grandeur sinon la sienne.    

Rome seule pouvoir à Rome ressembler, 

Rome seule pouvoit Rome faire trembler, 

Aussi n’avoit permis l’ordonnance fatale 

Qu’autre pouvoir humain, tant fust audacieux, 

Se vantast d’égaler celle qui fit égale 

Sa puissance à la terre & son courage aux cieux. 

Couronee de tours...qui fut plus que
AdR Frivolity of Rome.jpg

IX.

Astres cruelz, & vous dieux inhumains, 

Ciel envieux, & marastre Nature, 

Soit que par ordre ou soit qu’à l’aventure

Voyse le cours des affaires humains, 

Pourquoy jadis ont travaillé voz mains 

A façonner ce monde qui tant dure ? 

Ou que ne fut de matière aussi dure 

Le brave front de ces palais romains ? 

Je ne dy plus la sentence commune,  

Que toute chose au dessous de la lune 

Est corrompable & sugette à mourir, 

Mais bien je dy & (n’en veuille desplaire 

A qui s’efforce enseigner le contraire) 

Que ce grand Tout doit quelquefois périr. 

9.1 ou que ne fut de matiere aussi les b

XIX.

Tout le parfait dont le ciel nous honnore, 

Tout l’imparfait qui naist dessous les cieux,

Tout ce qui paist noz esprits & noz yeux, 

Et tout cela qui noz plaisirs devore,  

Tout le malheur qui nostre aage dedore, 

Tout le bonheur des siècles les plus vieux, 

Rome du temps de ses premiers ayeux

Le tenoit clos, ainsi qu’une Pandore.  

Mais le Destin débrouillant ce Chaos, 

Où tout le bien & le mal fut enclos, 

A fait depuis que les vertus divines 

Volant au ciel ont laissé les pechez, 

Qui jusq’icy se sont tenus cachez 

Sous les monceaux de ces vieilles ruines.

19.1 Sous les monceaux de ces vieilles r
AdR Frivolity of Rome.jpg

XXVII.

Toy qui de Rome émerveillé contemples 

L’antique orgueil, qui menassoit les cieux,

Ces vieux palais, ces monts audacieux, 

Ces murs, ces arcz, ces thermes & ces temples,

Juge, en voyant ces ruines si amples, 

Ce qu’a rongé le temps injurieux, 

Puis qu’aux ouvriers les plus industrieux 

Vieux fragmens encor servent d’exemples. 

Regarde après, comme de jour en jour 

Rome fouillant son antique séjour, 

Se rebatist de tant d’œuvres divines.  

Tu jugeras que le dæmon romain

S’efforce encor d’une fatale main 

Ressusciter ces poudreuses ruines. 

Ces vieux palais, ces monts audacieux
Ces vieux palais, ces monts audacieux

Ces murs, ces arcz, ces thermes & ces temples
Ces murs, ces arcz, ces thermes & ces temples

Tu Jugeras que le daemon romain S'efforce encor d'une fatale main Ressusciter ces poudreuses ruines
Tu Jugeras que le daemon romain S'efforce encor d'une fatale main Ressusciter ces poudreuses ruines

Ces vieux palais, ces monts audacieux
Ces vieux palais, ces monts audacieux

1/4

XXXII.

Espérez vous que la postérité 

Doive (mes vers) pour tout jamais vous lire ? 

Espérez vous que l’œuvre d’une lyre 

Puisse acquérir telle immortalité ? 

Si sous le ciel fust quelque éternité, 

Les monuments que je vous ay fait dire, 

Non en papier, mais en marbre & porphyre, 

Eussent gardé leur vive antiquité. 

Ne laisse pas toutefois de sonner,

Luth, qu’Apollon m’a bien daigné donner, 

Car si le temps ta gloire ne desrobbe, 

Vanter te peux, quelque bas que tu sois, 

D’avoir chanté, le premier des François, 

L’antique honneur du peuple à longue robbe.

Les monuments que je vous... Eussent garde leur vive aniquite
Les monuments que je vous... Eussent garde leur vive aniquite

Car si temps ta gloire ne desrobbe
Car si temps ta gloire ne desrobbe

Les monuments que je vous... Eussent garde leur vive aniquite
Les monuments que je vous... Eussent garde leur vive aniquite

1/2

Bibliography

Bellay, Joachim Du. Les Antiquitez de Rome et Les Regrets. Lille, Geneve: Librarie Giard and Librarie Droz, 1947.

I chose all the background pictures for Les Antiquitez de Rome as symbolic representations. They do not belong to the period.  The heading picture is from the seventeenth- to eighteenth-century gardens at Versailles. The fountain, constructed in 1677 by Gaspard Marsy, is based on a sketch by Louis XIV’s foremost painter and designer Charles le Brun. It depicts the fall of Enceladus, a giant from Greek and Roman mythology, buried under Mount Etna by the goddess Athena/Minerva. Etna’s eruptions were his breath, and the seismic activity, his movements under the mountain. In Versailles, a 25-ft fountain erupts from Enceladus’s mouth. This tragic depiction captures the drama and inevitability of time in Du Bellay’s work. In the section “Antiquity in General,” the overgrown seventeenth- to nineteenth-century gardens of the château of Bussy-Rabutin in Burgundy symbolize the crumbling of the past described by Du Bellay.  Lastly, the illustration to the “Frivolity of Rome” is a seventeenth-century gilt door from Versailles, meant to show the splendor of Rome before it became a ruin, as Du Bellay paints it.

  • White Twitter Icon
  • White YouTube Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon